Echelles unidimensionnelles

4.1. Echelles unidimensionnelles


Il s’agit d’échelles globales car elles ne mesurent que l’intensité de la douleur : échelle visuelle analogique (EVA), échelle numérique (EN), et échelle verbale simple (EVS). Ces échelles sont utilisables chez l’adulte et chez l’enfant à partir de 5 ans, principalement en douleur aiguë post-opératoire ou traumatique. Elles sont simples, rapides à remplir, ce qui permet des mesures répétées et rapprochées pour apprécier la réponse au traitement. 
L’EVA utilise une réglette muni d’un curseur se déplaçant sur la face visble du patient entre « absence de douleur » et « douleur maximale imaginable », correspondant à une échelle graduée de 0 à 100 mm sur sa face cachée. L’EVA est la méthode de référence pour quantifier l’intensité douloureuse et la réponse thérapeutique, puisqu’elle est simple, reproductible, sensible et linéaire. On a ainsi montré que le seuil minimal à partir duquel le patient éprouve un début de soulagement après traitement est une baisse de 13 mm sur l’EVA.
Cependant, près de 10% des patients ont des difficultés à pouvoir représenter l’intensité de leur douleur sur une réglette, notamment les sujets âgés ; de plus, en post-opératoire immédiat, son usage n’est pas toujours aisé. Aussi, l’EN et l’EVS à 5 niveaux sont des alternatives fiables. L’EN demande au patient de chiffrer l’intensité de sa douleur entre 0 et 100, et l’EVS quantifie la douleur en réponse à des adjectifs proposés au patient : douleur absente, faible, modérée, intense, extrêmement intense.
Quelle que soit la méthode utilisée, il est préférable d’utiliser toujours la même méthode pendant le traitement antalgique, et d’évaluer le patient de manière répétée, au repos et en condition dynamique. Bien qu’il y ait une grande variabilité inter-individuelle dans le niveau de douleur ressentie, l’obtention d’une EVA (ou EN) inférieure à 40 constitue un objectif thérapeutique raisonnable.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×